Peur de trop de couleurs dans votre vie ? Apprenez à vous débarrasser de votre peur et à trouver plus de joie

Des couleurs vives et vives nous donnent vraiment plus d’énergie – et ce n’est qu’une des choses qu’Ingrid Fetell Lee a découvertes au cours de ses dix années de recherche des sources de joie.

Peu de gens nommeraient leur couleur préférée comme étant le gris ou le beige, pourtant nos placards et nos maisons sont souvent remplis de ces tons neutres et fades. Quand j’ai étudié la couleur et son effet sur la joie, je me suis demandé : Pourquoi y a-t-il un tel écart entre les couleurs qui nous animent et celles qui nous entourent ?

“Chromophobie”, c’est la réponse immédiate que j’ai reçue lorsque j’ai posé cette question à Peter Stamberg et Paul Aferiat, architectes de l’hôtel technicolor Saguaro à Palm Springs, en Californie, qui attribue ses teintes électriques à ce qui en fait le troisième hôtel le plus Instagrammé du monde.

“Les gens ont peur de la couleur”, m’a dit Stamberg. Il faisait clairement référence à d’autres personnes que lui et Aferiat, qui vivent dans un temple plein de vie. Leur loft ouvert de New York City était divisé non pas avec des murs mais avec des couleurs – des panneaux de jaune, vert, bleu et orange. Les deux s’asseyaient sur un canapé violet, à côté d’une paire de chaises en vermillon, un tapis rose sous leurs pieds.

“C’est la peur de faire un choix, a dit Aferiat. “De faire une erreur et de devoir vivre avec.”

Je pouvais comprendre. J’étais un chromophobe certifié, j’avais tellement peur de la couleur que tout le spectre de mon appartement est tombé entre le blanc et le crème.

Mon canapé était en ivoire, mes étagères en blanc cassé. Mes draps de lit, serviettes et rideaux étaient tous d’un blanc éclatant et propre. Dans le coin de ma chambre, j’ai empilé mes vêtements sur une chaise de réalisateur recouverte – vous l’avez deviné – de toile blanche. Chaque fois que j’avais besoin d’un nouveau meuble, je parcourais des catalogues colorés, des canapés en velours moutarde luisant et des fauteuils à rayures roses. Mais à la fin, je rentrais toujours à la maison avec un vieux blanc fidèle.

Puis un jour, j’ai emménagé dans l’appartement de mes rêves : un chemin de fer au dernier étage d’une maison en grès brun, avec planchers de bois, fenêtres donnant sur une cour verte et une petite lucarne. Le seul problème – les murs étaient d’un jaune beurré. Dès que j’ai vu l’espace pour la première fois, j’ai fantasmé de le repeindre.

Mais il s’est passé quelque chose de drôle. Chaque jour que je rentrais à la maison dans cet appartement, j’avais l’impression que le soleil brillait, même au beau milieu de l’hiver. Quand je revenais d’un voyage, je me sentais ravie d’être là – à chaque fois. J’y ai vécu pendant six ans, et après la première semaine, je n’ai plus jamais pensé à repeindre.

Pourquoi y a-t-il tant de chromophobes ? Je pense que c’est parce qu’il y a un préjugé culturel contre la couleur. Nous en sommes venus à rejeter la couleur et la joie comme des couleurs enfantines et frivoles, appréciant les teintes neutres comme une marque de fraîcheur et de goût mûr. Cette croyance nous a laissés dans un endroit où nous avons presque honte d’avoir de la couleur dans nos vies.

J’ai passé la dernière décennie à étudier la joie. Dès le début, il était clair que les endroits et les choses les plus vivants avaient tous une chose en commun : des couleurs vives et vives. Qu’il s’agisse d’une rangée de maisons peintes dans des tons de bonbons ou d’un étalage de marqueurs colorés dans une papeterie, des couleurs vives créent un sentiment de plaisir.

L’œil humain est doué pour distinguer les couleurs subtilement différentes ; les scientifiques estiment que nous pouvons voir jusqu’à sept millions de nuances distinctes. Il s’avère que notre vision des couleurs est un sens intégral qui est directement lié à notre survie. Nos lointains ancêtres étaient des animaux nocturnes qui avaient peu d’utilité pour la vision des couleurs. Ils se nourrissaient sous le couvert de l’obscurité, se fiant plus à l’odorat qu’à la vue. Mais il y a environ 25 millions d’années, des singes de nuit effrontés se sont aventurés dans la lumière du jour, adoptant l’horaire diurne que nous suivons encore aujourd’hui.

La capacité de voir la couleur est soudainement devenue un avantage utile. Alors que les yeux de leurs cousins nocturnes possédaient deux types de cellules coniques sensibles à la couleur, nos ancêtres ont développé un troisième cône sensible à la lumière au milieu du spectre, multipliant radicalement le nombre de couleurs qu’ils pouvaient voir. Ce cône supplémentaire leur a révélé une gamme alléchante de nouvelles nuances, y compris la capacité de distinguer le rouge du vert.

Les scientifiques croient que ce développement particulier était d’une importance cruciale parce qu’il a permis à nos ancêtres d’identifier les fruits mûrs riches en sucre et les jeunes feuilles nutritives dans les cimes denses des arbres où ils vivaient. (Les jeunes feuilles sont souvent rouges parce qu’elles contiennent des pigments anthocyaniques qui n’ont pas encore été masqués par la chlorophylle. Les recherches suggèrent que la vision des couleurs a fourni un tel avantage que le cerveau de nos ancêtres a développé une capacité réduite de traitement des odeurs pour permettre une augmentation de la manipulation de l’information visuelle.

Alors que nous considérons la couleur comme un attribut, c’est en réalité un événement : une danse constante entre la lumière et la matière. Lorsqu’un faisceau de lumière frappe un objet, disons un vase de verre multicolore, il asperge sa surface de minuscules particules énergétiques appelées photons. L’énergie de certains photons est absorbée, chauffant le verre imperceptiblement. Mais d’autres photons sont repoussés, ricochant dans l’atmosphère.

Ces photons, atterrissant sur nos rétines, créent la sensation de couleur. La teinte spécifique que nous voyons est liée à l’énergie des photons – les longueurs d’onde courtes à haute énergie nous semblent bleues, tandis que les longueurs d’onde longues à basse énergie apparaissent rouges. Les pigments les plus brillants ont tendance à avoir une structure moléculaire plus “excitable”. Leurs électrons peuvent être perturbés avec très peu de lumière, ce qui rend leurs couleurs intenses à nos yeux.

En fin de compte, créer des couleurs qui nous animent, c’est augmenter l’activité de ces petites particules vibrantes dans un espace. Des couleurs vives animent la lumière qui les éclaire, la réfléchissant autour d’un espace et magnifiant son effet. Le jaune est particulièrement efficace comme agent éclaircissant. Parce que c’est la plus légère de toutes les teintes à l’état pur, elle a une luminosité et une chaleur inhérentes.

Ainsi, si vous souhaitez un espace plus énergisé, les experts s’entendent pour dire que la meilleure première étape consiste à éclaircir les plus grandes surfaces de la pièce : murs, planchers, armoires et comptoirs. Les murs foncés peuvent sembler sophistiqués, mais parce qu’ils absorbent la lumière, ils vont réduire la lumière qui rebondit dans la pièce. Beaucoup de designers préfèrent commencer avec des murs blancs, apportant de la couleur dans l’espace à travers les meubles et les objets décoratifs. Mais même de plus petits éclats de couleur pure peuvent réfléchir assez de lumière pour donner de l’énergie à une pièce miteuse. Cette approche consistant à utiliser de minuscules rafales de couleurs vives peut être une stratégie attrayante pour les chromophobes – je peux en témoigner personnellement – et c’est étonnamment efficace.

Selon les concepteurs, les meilleurs pigments pour créer de la lumière sont les couleurs fluorescentes. Ils absorbent les photons à des longueurs d’onde d’énergie plus élevées qui se situent dans l’ultraviolet invisible et les réfléchissent à des longueurs d’onde visibles. Les couleurs day-glo que l’on retrouve sur les cônes de circulation et les balles de tennis imprègnent les surfaces d’une ambiance intensément optimiste, mais un peu d’optimisme peut faire beaucoup de chemin.

D’après mon expérience, il faut un peu de pratique pour devenir confiant avec la couleur, surtout quand il s’agit d’en assembler plusieurs. Mais voici un raccourci intelligent pour trouver des combinaisons joyeuses. Une fois, lorsque Stamberg et Aferiat ont dû choisir une couleur pour une maison qu’ils concevaient, ils se sont tournés vers un bon ami, le peintre David Hockney. Il m’a dit : “Fais ce que je fais chaque fois que j’ai un problème de couleur. Regarde Matisse.”

Non seulement les peintures vibrantes d’Henri Matisse les ont inspirés à choisir le bon bleu, mais ils ont aussi commencé à utiliser cette approche avec leurs clients. Quand les gens voient des couleurs audacieuses coexister amicalement sur une toile, cela leur donne confiance qu’ils travailleront aussi dans leur maison. La palette claire et lumineuse de Matisse est un choix idéal pour l’inspiration des couleurs, mais d’autres artistes que je regarde souvent sont Helen Frankenthaler, Sonia Delaunay, Pierre Bonnard et David Hockney.

Pendant la plus grande partie de ma vie, j’ai pensé à mes choix de couleurs à travers la lentille de ce qu’ils disaient de moi. Est-ce que j’ai eu le cran d’enfiler des chaussures rouges ? Une robe rose rendrait-elle les gens moins sérieux ? C’est peut-être pour cela que j’ai si souvent fini avec des meubles blancs et des vêtements noirs.

Ma recherche sur l’esthétique de la joie m’a libéré de choisir des couleurs basées non pas sur ce que les autres pensent mais sur ce que les couleurs me font ressentir. Remarquer la couleur et la lumière a changé le monde autour de moi. Les couleurs vives sont devenues de petits cadeaux pour moi – de petites infusions de chaleur et de vie qui me donnent le pouvoir de faire mon propre foyer, mon propre soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *